Nos aventures du 2 au 9 Janvier 2019 : Phnom Penh et Battambang

Mercredi 2 Janvier 2019

Nos 2 jours 1/2 de farniente sont terminés, les fêtes de fin d’année sont passées, voici une nouvelle année qui démarre, le temps passe si vite c’est incroyable. Encore 1 semaine au Cambodge avant d’attaquer la visite de notre dernier pays d’Asie : la Thaïlande.

Pour le moment, il est l’heure de prendre la route pour remonter et découvrir la capitale PHNOM PENH, et pour se faire on a demandé un taxi privé pour faire les 6H30 de route qui nous en séparent. Pas de train le jour de notre départ, pas vraiment envie de prendre un bus non plus et au vue du prix proposé en taxi et bien autant se faire plaisir.

IMG_8619

Tout le long du trajet on a pu constater (enfin c’était plutôt une confirmation) que les Chinois ne sont pas qu’à SIHANOUKVILLE, ils sont partout, on voit des constructions chinoises, des petits magasins chinois, des pancartes écrites en chinois de partout, ça fait peur franchement! Un peu plus tard on apprendra également qu’ils achètent les rizières dans le Nord Ouest du Cambodge.

Vers 16H on passe devant les usines de vêtements (entre autre) et là, quelle surprise de voir que les ouvrières sont entassées comme du bétail dans des fourgonnettes qui viennent les chercher à la sortie du travail pour les ramener dans leur village, et en même temps, elles n’ont pas toutes les moyens de s’acheter une voiture, peut-être n’ont elles même pas leur permis et finalement ça fluidifie la circulation aussi alors si tout le monde est ok, pourquoi pas, c’est juste un « peu choquant » pour nous européens vivant dans un pays ou tout le monde à sa voiture ou presque.

Nous n’avons pas eu l’occasion de parler avec l’une d’entre elles, ça aurait pu être intéressant d’avoir son point de vue! Tant pis!!

Arrivée à Phnom Penh de nuit, notre chauffeur nous dépose devant notre auberge de jeunesse (hôtel boutique) très bien située puisqu’à quelques pas du Palais Royal, parfait pour les visites. Le nom de l’auberge de jeunesse : RS GUESTHOUSE.

Un conseil si vous passez par là et si vous aimez manger INDIEN, allez les yeux fermer à l’INDIGO, ce fût notre meilleur restaurant indien depuis le début du voyage, un délice, cela confirme que nous aimons toujours autant la cuisine indienne

IMG_8647

La journée a été longue, on s’est un peu agrippé à notre siège pendant ce trajet, notre chauffeur s’est pris pour Schumacher à plusieurs reprises alors maintenant que nous sommes repus avec un délicieux repas et bien il est temps d’aller au lit, nous sommes arrivés entier et tant mieux!! Ils sont fous ces Cambodgiens au volant. Ils ont peut-être plusieurs vies mais nous on n’en a qu’une….si ce n’est pas le cas et bien on refera un tour du monde!! Mais en attendant on aimerait le finir celui-ci alors on croise les doigts pour le prochain trajet entre Phnom Penh et Battambang.

Désolé pour le manque de transition mais voici en gros plan le bobo de Yann, celui qu’il s’est fait en passant à travers la marche de notre cabane d’une nuit à Sihanoukville.

IMG_8650

Bobo Yann à Sihanoukville le 31 Décembre 2018

 

Jeudi 3 Janvier 2019 : S 21

Aujourd’hui la journée est placée sous le signe de la découverte de l’histoire horrible du Cambodge, depuis des jours, nous nous demandons si nous allons en famille ou non visiter la prison S21. On en parle avec les filles, on leur explique avec nos mots, elles sont partantes mais jusqu’à aujourd’hui j’hésite encore à les y emmener, elles sont sensibles mais elles sont aussi en âge de comprendre, et ce tour du monde, on le fait aussi pour ça, pour découvrir l’histoire des pays alors après de nombreuses hésitations, c’est décidé on y va tous ensemble. En plus, d’autres voyageurs nous ont confirmé qu’elles pouvaient attendre à l’extérieur des salles si elles le souhaitaient! C’est ce que nous avons fait à plusieurs reprises.

Ci dessous, 3 pavés mais lisez si vous avez le temps c’est enrichissant, les 2 premiers sont extraits de WIKIPEDIA comme ça je ne risque pas de dire de bêtises puis en dessous le REGLEMENT DES AGENTS DE SECURITE (photo prise lors de notre visite de la prison), vous trouverez l’histoire de POL POT et des Khmers rouges rédigée par d’autres tourdumondistes « Playingtheworld« . Merci à eux de me faire gagner du temps!

 

Visite de la prison Tuol Sleng / S 21

Le musée du génocide Tuol Sleng, est un musée situé à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Il traite du génocide cambodgien, commis entre 1975 et 1979 dans le Kampuchea démocratique des Khmers Rouges.
Le musée est une ancienne prison, S-21, la plus connue des quelque 196 prisons que la dictature communiste des khmère rouge avait disséminées à travers le Cambodge durant les années 19701. Elle était dirigée par Kang Kek Ieu, alias « Douch », et elle dépendait directement des plus hauts dirigeants du régime. Environ 18 000 personnes y ont été détenues2.
Bien qu’elle soit souvent décrite comme un centre de torture, S-21 était avant tout centre d’internement car tous les détenus n’étaient pas torturés. Cependant, tout détenu envoyé à Tuol Sleng est en effet un coupable obligé, dont il s’agit d’obtenir la confession de crimes si besoin imaginaires, avant son exécution pratiquement inéluctable3.
On peut traduire Tuol Sleng par « tertre du vomiquier », révélateur du lieu. C’était le nom de l’école primaire adjacente au lycée dans lequel une partie de la prison fut installée et dont le nom, Tuol Svay Prey, avait une signification radicalement différente: « tertre des manguiers sauvages »2. Le territoire de la prison s’étendait cependant bien au-delà du périmètre actuel du musée et recouvrait l’ensemble du quartier, intégrant dans son périmètre un hôpital, des champs cultivés, les maisons adjacentes transformées en salles de tortures ou dortoirs pour les gardes et les interrogateurs.

Histoire de la prison S-21

Enfilade de cellules dans les salles de classes reliées entre elles.
S-21 en tant qu’institution pénitentiaire existait à Phnom Penh depuis août 1975. Ce n’est cependant qu’en avril 1976 que Douch, son directeur, décide de la transférer à l’endroit où se trouve le musée aujourd’hui5. Le complexe de S-21 s’articule dès lors autour d’un ancien lycée, appelé Ponhea Yat du temps de Sihanouk (1941-1970) puis Tuol Svay Prey du temps de Lon Nol (1970-1975).
La prison resta en activité jusqu’au 7 janvier 1979, quand l’armée vientamienne entre dans Phnom Penh3. Lors de la découverte de la prison, les soldats vietnamiens découvrirent au moins 14 corps mutilés sur des lits6.
Le complexe est constitué de quatre bâtiments de trois niveaux chacun formant un U autour d’une cour. Les bâtiments étaient recouverts de fil barbelé afin que les détenus ne se suicident pas, car la décision de vie ou de mort devait incomber à la direction de la prison, seule7.
Les anciennes salles de classe pouvaient servir de cellules collectives dans lesquelles une cinquantaine de personnes étaient entassées, allongées par terre, les pieds attachés à de longues barres de fer par des anneaux en fonte, comme on le voit sur les peintures de Vann Nath. D’autres étaient divisées en cellules individuelles, d’environ 2 m2. Les cellules individuelles des rez-de-chaussée étaient en briques, celles aux premiers étages étaient en bois. A l’origine, les salles n’étaient pas reliées entre elles mais c’est l’administration de la prison qui cassa les murs afin de créer un couloir central.
Un gardien fouillait régulièrement les personnes allongées, pour voir si elles ne disposaient pas d’un stylo pour se suicider en se crevant la gorge, ou bien d’un boulon ou d’une vis pour se suicider aussi en l’avalant. On donnait aux prisonniers du gruau de riz deux fois par jour8. Les détenus faisaient leurs besoins dans une boîte de munition américaine en métal, dont on voit encore les traces au sol des salles qui comportaient des cellules individuelles.

IMG_8651

Un peu d’histoire : Pol Pot et les khmers rouges

(Extrait des « Playing the world« , merci à vous)

A la fin des années 1960, le Cambodge connait une grave guerre civile opposant le président Sihanouk à une formation politique communiste montante, le Kampuchéa Démocratique dont les membres se font appeler : les khmers rouges ! En 1975, quelques temps après le retrait des forces américaines du Viêt Nam et de la frontière cambodgienne, les khmers rouges s’emparent de Phnom Penh, chassent le gouvernement en place et installent un nouveau régime avec à leur tête le frère « Pol Pot ».
Au début tout se passe bien. Les khmers rouges sont même accueillis en héros par les habitants de Phnom Penh lors de la « libération » de la ville. Mais très vite leur idéologie se met en place pour bientôt engendrer l’un des pires génocides du XXème siècle.
L’objectif de Pol Pot est simple : créer une société utopique basée sur le modèle communiste sans classe ni religion, capable de fabriquer ses propres ressources afin de vivre en autarcie. Une société dirigée par un parti unique, l’Angkar qui signifie « l’organisation ».
Pour survivre, l’Angkar compte bien sûr s’appuyer sur un peuple soumis, travailleur et courageux (comme dans toute bonne dictature !). Sous prétexte d’éventuelles représailles américaines, Pol Pot vide les villes. Hommes, femmes, enfants, vieillards… des milliers de Cambodgiens doivent quitter leur habitation pour rejoindre des « villages de travail » dans les campagnes et travailler dans les champs. Les malades sont sortis de force des hôpitaux pour rejoindre l’exode. Ceux qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas partir sont tués sur place. En 24h les principales villes du pays sont désertées.

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-6

Dans les champs, des Cambodgiens n’ayant jamais travaillé la terre doivent produire une quantité quotidienne de riz irréalisable. Ils travaillent 12 heures par jour et n’ont droit qu’à une seule cuillère de riz en guise de repas. Cueillir un fruit dans un arbre justifie la peine de mort car cela revient à « voler l’Angkar ». Des milliers de personnes commencent à périr à travers tout le pays.
Mais les khmers rouges ne s’arrêtent pas là. Le « peuple nouveau » doit être purifié de tout élément déviant qui pourrait présenter une menace.
Les khmers rouges se mettent alors à pourchasser tous les ennemis du régime : les partisans du précédent gouvernement, les étrangers, les expatriés rentrés au pays et jugés suspects, les étudiants, les médecins, les professeurs, les artistes… Le simple fait de porter des lunettes ou d’avoir les ongles propres signifient qu’on est intellectuel. Une preuve suffisante pour être arrêter ou tuer.
Partant du principe que « pour détruire la mauvaise herbe il ne suffit pas de l’arracher, il faut la déraciner », les khmers rouges éliminent des familles entières pour éviter toute tentative de vengeance.
La folle purge menée par les khmers rouges dure quatre ans, allant jusqu’à se retourner contre certains cadres du parti. Au total, le régime de Pol Pot a tué 40% de la population cambodgienne !
La folie de Pol Pot cause cependant sa perte. Durant tout le temps où il est au pouvoir, le dictateur s’appuie sur des troupes vietnamiennes pour mener à bien son idéologie. Mais plus son peuple décline, plus il y a de soldats vietnamiens au Cambodge. Ayant peur de se faire voler le pouvoir par le pays voisin, il déclare la guerre au Viêt Nam en 1979. L’armée vietnamienne n’a pas de mal à renverser le dictateur qui, comme la plupart des cadres de son parti, disparait dans la nature. Pol Pot meurt en 1998 sans jamais avoir été jugé !

NOS QUELQUES PHOTOS

 

Je n’ai pas pris plus de photos que ça par respect envers l’histoire de ce lieu, ce n’est pas un cirque, c’est un lieu empli d’une histoire terrible, alors voici ci dessus juste quelques photos pour vous montrer les locaux car ça a existé et il ne faut pas non plus se voiler la face.

Les filles sont entrées dans certaines salles, ont souhaité écouter l’audio guide très bien fait par moment puis sont restées sur les bancs devant certaines autres salles, celles où nous jugions que ce n’était pas utile de voir certaines images.

Pour conclure cette parenthèse sur l’histoire du Cambodge, vous pouvez y aller avec vos enfants, et à vous sur place de voir si oui ou non ils peuvent entrer dans les salles.

Après cela, il faut remettre un peu d’ambiance au sein de la famille alors zou, notre chauffeur de tuk-tuk nous emmène à l’Institut Français afin d’y acheter un livre à la librairie « Carnet d’Asie » mais nous n’avons pas trouvé ce qu’on voulait.

IMG_8659

La tentation de rester lire sur place est grande mais notre chauffeur nous attend, la nuit va bientôt tomber, on lui demande donc de nous emmener au NIGHT MARKET.

IMG_8665

Déception totale pour ce NIGHT MARKET, il ne vaut pas ceux qu’on a pu voir en Chine à Xi’an, au Laos à Luang Prabang ou encore celui de SIEM REAP. Le tour sera vite fait, Yann se verra même refuser une négociation pour des fruits. Il est donc repartir sans ses fruits pourtant magnifiquement bien présentés.

IMG_8667IMG_8666

Ce soir nous rentrons à pied à notre hébergement et pour faire plaisir à tout le monde, devinez ce qu’on a mangé……

INDIEN à emporter cette fois-ci!! Hummm!!!

Vendredi 4 Janvier 2019

Au programme de cette nouvelle journée, la découverte du MARCHE CENTRAL appelé plus communément le CENTRAL MARKET de PHNOM PENH.

IMG_8670IMG_8671

Ce monumental édifice art déco de couleur jaune, construit dans les années 1930, est composé d’un dôme de 26 mètres de haut et de quatre ailes. Il est un des symboles de Phnom Penh.

Nous adorons faire les marchés alors ici on s’en est donné à cœur joie, rien à voir avec le night market de la veille. On a aussi connu mieux mais il est pas mal, il est original de par sa disposition.

Ah oui, Yann s’est offert ici un complément indispensable à sa garde robe de tourdumondiste mais pour le moment je n’ai pas de photos, patience, patience !!

Nous avions convenu d’un horaire avec notre chauffeur de tuk-tuk, étant un peu en avance, nous décidons d’aller boire un verre à proximité du point de rendez vous puis on file à sa rencontre.

Nous lui demandons de nous emmener au PALAIS ROYAL, comme d’habitude il nous faut nous couvrir les épaules ainsi que les jambes pour effectuer la visite, on fait la queue et là, on a confirmation de ce qu’on avait lu, le tarif est plutôt cher. Yann et Louna n’étant pas super motivé, on décide de se séparer là, ils rentrent à pied à l’hébergement pendant qu’Emma et moi-même effectuons la visite. Au cour d’un tour du monde en famille, QUE CA FAIT DU BIEN de ne pas toujours être tous les 4, je crois qu’aucun tourdumondiste ne me contredira ou alors qu’ils se manifestent?

PALAIS ROYAL

IMG_8682

 

EMMA heureuse comme tout

IMG_8699

Nos 2 compères ont bien fait de ne pas venir, il n’y aurait pas trouvé leur compte et une après-midi Mère-Fille c’est sympa!! De leur côté Yann et Louna sont aussi contents de leur après midi.  A refaire!!!

L’activité du soir : Ecriture de cartes postales, dans quelques jours on change de pays alors il est temps de s’y mettre.

Samedi 5 Janvier 

Nouvelle et dernière ville de notre périple Cambodgien : Battambang, située à l’Ouest du pays.

Pour nous y rendre, là encore nous avons fait appel à un taxi privé pour environ 4 ou 5 H de route.

IMG_8706

Arrivés dans l’après midi au BLUE DIAMOND, on s’installe là pour 2 nuits, l’hébergement étant situé à l’écart de la ville, nous prenons un tuk-tuk le soir pour aller manger au NARY  KITCHEN, restaurant dont la famille des ZAMBAUX (ceux avec qui nous avons fait la croisière dans la baie d’Along) nous a parlé et bien d’autres encore. Mais avant cela les filles ne se font pas prier pour aller se rafraichir dans la piscine.

IMG_8707

Pour information, le restaurant NARY KITCHEN donne aussi des cours de cuisine .

Dimanche 6 Janvier 2019

Ce matin, les filles ont eu activité Ecole puis Piscine pour se dégourdir les neurones dans un premier temps puis les gambettes dans un second temps.

De notre coté, on a réservé une soirée cirque un peu différente de ce qu’on connait en France pour le lendemain soir. Surprise pour les louloutes.

En effet, Battambang abrite le Phare Ponleu Selpak, qui offre aux jeunes l’occasion de canaliser leur énergie en apprenant des métiers du cirque comme ceux du jongleur, du clown et de l’acrobate tout en les sensibilisant à des problèmes comme le SIDA et les champs de mines.

En attendant le lendemain, une autre sortie est prévue pour cet après-midi, un tuk-tuk vient nous chercher vers 15H pour nous emmener voir LA spécialité : THE BAT CAVE, des millions de chauve souris sortent à la nuit tombée d’une sorte de grotte.

Avant cela, c’est plutôt bien rodé, notre chauffeur de tuk-tuk nous emmène en bas de cette colline afin d’y grimper pendant une bonne heure en attendant de redescendre à la nuit tombée et de nous installer à la terrasse d’un café  pour observer une nuée de chauve souris. Je ne me souviens plus du tout du nom de la colline ni du temple et je ne les ai pas noté alors heureusement il y a les photos en guise de mémoire. Pendant cette balade, une certaine quantité de singes étaient présents, plutôt agressifs alors nous avons dû être vigilants.

Cette balade n’a pas été des plus intéressantes, ça nous a juste occupé jusqu’à 17H30.

THE BAT CAVE

Des millions de chauve-souris sortent à la nuit tombée, c’est assez impressionnant, ça dure environ 45mn.

IMG_8723IMG_8724IMG_8731

Notre chauffeur de tuk-tuk était plutôt sympa, il a pensé à nous les faire observer de 2 endroits (tous ne le font pas) :

* Le café en contre-bas (hyper touristique) ainsi que

* sur le flan de la colline de l’autre côté, et là en prime, on a pu y voir le coucher du soleil sur la campagne de Battambang.

IMG_8726

En rentrant, nous passons par le centre-ville afin d’y voir un collègue (ils se connaissent tous) de notre chauffeur de tuk-tuk qui gère les transports jusqu’à la frontière Thaïlandaise, on ne pensait pas spécialement réserver mais le prix est attractif.

On retire de l’argent pour le payer mais il n’a pas de quoi nous rendre le coco alors il nous envoie  vers un autre collègue (un frère, un cousin, un oncle, son père où je ne sais qui d’autres encore), un horloger plus précisément avec qui nous ferons la transaction à travers la grille de sa boutique.

IMG_8734

Sur cette photo, vous pouvez enfin voir l’achat que Yann a effectué au CENTRAL MARKET de Phnom Penh, il hésitait depuis notre semaine à CAT BA au Vietnam et bien il a fini par craquer : UNE CHEMISE BANANE!!! Vous avez vu ça, c’est trop la classe.

Et derrière lui, chose courante en Asie, une femme en pyjama, c’est tout à fait normal ici de sortir comme ça dans la rue. Si à notre retour, vous nous voyiez en pyjama dans la rue, n’hésitez pas à nous le dire.

IMG_8735

Une fois la transaction effectuée, nous nous rendons dans le 2ème restaurant conseillé de la ville : COCONUT LILY, ce fût très très bon même meilleur que NARY KITCHEN, ce n’est que notre avis bien-sûr.

IMG_8737

 

Lundi 7 Janvier 2019

Changement d’hébergement pour nos 2 dernières nuits au Cambodge, celui ci nous a été recommandé par les ZAMBAUX à nouveau et nous confirmons que l’endroit est sympathique.

Dernier plouf au BLUE DIAMOND avant le changement

IMG_8741

 

O’HAMOK

Nous sommes une famille franco-khmère installée à Battambang depuis plus de 8 ans.
Sam, le big boss est cambodgien, il est né à Battambang. La maison d’hôte O’hamok Lodge et ses maisons traditionnelles sont une idée de Mr Sam. Il a élaboré les plans d’architectures et il a participé à la construction des deux maisons. C’est également lui qui a aménagé notre jardin et qui continu à l’entretenir.
En parallèle, il est également guide francophone à Battambang. Il propose des visites hors sentiers battus pour vous faire découvrir le Cambodge rural, la culture, la religion et vous expliquer l’économie locale et nationale.
Any, la chef de famille a visité le Cambodge pour la première fois en janvier 2005, et depuis elle apprend tous les jours à apprécier les cambodgiens et leurs cultures. Elle gère la maison d’hôte et ses visiteurs depuis 2011.

A peine arrivé, Yann a emprunté le vélo afin de se rendre au petit restaurant du coin pour chercher à manger.

L’après midi passe tranquillement dans ce petit lodge très mignon. Les propriétaires sont sympathiques. Le soir venu, il est l’heure de nous rendre au Cirque de Battambang.

Présentation du Cirque de Battambang

IMG_8746
La région de Battambang à la chance de posséder un cirque permanent ! En 1992, lorsque les réfugiés politique reviennent au Cambodge, les orphelins sont devenus de jeunes adultes qui décident avec leurs professeurs de faire durer l’esprit de solidarité qui avait dans le camp et d’accompagner les jeunes revenus de Thaïlande.
Le cirque de Battambang compte désormais environ 400 enfants et adultes qui viennent quotidiennement s’exercer aux rouleaux, au trapèze, au jonglage, à la magie et à jouer au clown. Lors de votre passage à Battambang, vous pourrez assister, à partir de 7h du matin à un spectacle du cirque traditionnel du Cambodge.

 

Nos 2 chouchous

IMG_8757

Notre tuk-tuk nous a attendu pour nous ramener à notre hébergement situé encore une fois un peu à l’extérieur de la ville.

Mardi 8 Janvier 2019 : Excursion avec SAM

Avec Sam notre hôte nous allons partir découvrir la campagne de Battambang et plus particulièrement une excursion inscrite sur leur site sous le nom de « Battambang et ses artisans » durant toute la matinée.

SAM est super taquin, super bavard une fois qu’il est lancé, très heureux de sa vie, et très intéressant à écouter quand il nous raconte l’histoire du Cambodge et de ses pays voisins en utilisant nos 4 paires de chaussures. Explication ultra ludique que je n’ai pas pensé à filmer sur le moment tellement nous étions captivés par ses paroles.

IMG_8775

Si vous souhaitez investir au Cambodge, allez le voir, il est plein de ressources, il a beaucoup d’idées, il est très futé Mr SAM.

1ère visite : 

  • Les Bouddhas gros, ce sont les Bouddhas Chinois ceux qui amassent l’argent (résumé explicite).  Le gros bouddha n’est pas une présentation du bouddha historique. C’est plutôt une présentation de Butai ou Putai. Butai était un Chan, c’est à dire un moine bouddhiste Zen chinois.
  • Les Bouddhas maigres représentent le Bouddha historique fondateur du Bouddhisme. Toutes les traces historiques et les données qu’on a trouvées mènent à penser que le bouddha était plutôt maigre.

Ci-dessus, vous pouvez voir une plaque en marbre où est inscrit le nom de la personne qui a investi dans le lampadaire juste au dessus, avec le montant du DON. Les choses sont dites sans tabou.

2ème visite

  • Ce que vous voyez sur les photos, c’est la préparation du PRAHOK, c’est une pâte à base de poisson salé, fermenté et concassé. Confectionné à l’origine pour conserver le poisson durant les mois où celui-ci était rare, il est employé maintenant comme condiment dans la cuisine cambodgienne. Son odeur forte et caractéristique lui vaut parfois le surnom de « fromage cambodgien ». Le prahok est habituellement consommé en tant que plat principal avec du riz et des légumes tels que le dolique asperge, le concombre et l’aubergine thaï. Les Cambodgiens raffolent de cette pâte de poisson qui agrémente le quotidien de leur repas. Vous la retrouvez dans le AMOK, plat typiquement Cambodgien.

 

IMG_8792

3ème visite

  • Fabrication de feuille de riz, la dame étale une louche sur son « BILIG » Cambodgien (la comparaison était tentante en tant que crêpière ), retourne la feuille très rapidement puis la met à sécher sur ces grandes grilles à croisillons

 

4ème visite

  • Fabrication de barbecues Cambodgien utilisant la cendre de la cosse de riz en guise d’isolant dans les parois. Très astucieux!

5ème visite

  • Une mamie fabriquant des cigarettes roulées, elle a inventée une machine roulant les cigarettes 4 par 4, très ingénieux. Louna a aimé participé à cette activité.

IMG_8820

Fin de la matinée, visites intéressantes même si ça manquait de naturel, son petit tour est bien rodé et il le sait, c’est tout bénef pour lui. Il passe dans les différentes structures, nous présente les artisans, nous explique ce qu’ils font et zou ça repart. Bon au final nous avons vu des choses que nous n’aurions vraisemblablement pas vu sans SAM alors merci à lui.

Nous ne souhaitons pas rentrer au lodge alors il nous dépose près de la poste pour envoyer nos cartes postales. En espérant qu’elles soient toutes arrivées.

Petite rafraîchissement

IMG_8825

Enseignes de téléphonie très présentes

Cartes postales Cambodgiennes envoyées

Retour à notre hébergement, Louna est devant, trop contente!

IMG_8842IMG_8843

EMMA Songeuse

IMG_8845

Nos 25 jours au Cambodge se terminent dans quelques heures, nous devons faire nos bagages car le réveil sonnera à 7h le lendemain matin pour un départ à 8H.

Mercredi 9 Janvier 2019 : Au Revoir le Cambodge

Notre voiture réservée 3 jours auparavant nous attend vers 8H30 dans le centre de Battambang, un tuk-tuk est venu nous chercher à O’Hamok pour nous y conduire et comme à chaque fin de périples dans un pays, un mélange d’émotions nous envahit.

Heureux d’avoir découvert un nouveau pays, une nouvelle culture, une histoire terrible mais que nous nous devons de connaître, des gens d’une pauvreté extrême pour certains mais aussi des gens d’un enthousiasme débordant, heureux de leurs vies réussies comme Sam ou encore LA MAMAN de Jessy et Jasmine, rencontrée à Kep.

Le Cambodge est un peu le pays des contrastes, le plus sale des pays d’Asie mais avec des habitants relativement souriant dans l’ensemble, peut-être avons-nous eu de la chance car tout le monde ne pense pas ça des Cambodgiens. Tant mieux pour nous, ce fût une belle découverte.

Il est temps de prendre la route pour POIPET, ville frontière avec la Thaïlande, 3H de route nous attendent.

IMG_8848

11H Arrivés à POIPET

AU REVOIR le CAMBODGE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s